Pour vivre au rythme de l'Eglise universelle.
FlashPress - Infocatho
Du 10 au 17 mars 2017 (semaine 11)
 


- 17 mars 2017
-Egypte
LA VIOLENCE DANS L'HEBRAISME ET LE CHRISTIANISME

« L’hébraïsme et le Christianisme ont une histoire de violence » eux aussi déclare le grand imam d’al-Azhar. Le lien entre religion et violence ne marque pas seulement l’histoire de l’islam mais aussi celles des deux autres « religions du livre ».

Ahmed al Tayyib a inséré ces considérations dans l’intervention prononcée dans le cadre de la Conférence sur « Liberté et citoyenneté, diversité et intégration » organisée au Caire par l’université d’al-Azhar, principale institution académique de l’islam sunnite, qui a réuni de hauts représentants islamiques et chrétiens pour discuter notamment de la coexistence entre communautés religieuses au Proche-Orient.

Dans son intervention, il a explicitement fait référence aux Croisades, mais aussi aux récentes guerres balkaniques et aux violences subies dans ce contexte par les musulmans bosniaques, rejetant la tendance à placer le seul islam au banc des accusés en ce qui concerne la violence de matrice religieuse.

« Distancier les religions du terrorisme n’est plus suffisant face aux défis des barbaries qui nous font face » a remarqué Ahmed al Tayyib indiquant l’implication des responsables religieux et faisant noter que les méfiances existant entre eux « n’ont aucune raison d’être » et que, « si la paix ne se réalise pas entre ceux qui la prêchent, elle ne pourra pas non plus être transmise aux autres individus ».

A plusieurs reprises, le Pape François a, lui aussi, rejeté l’équation entre violence et islam. « Je n’aime pas parler de violence islamique, car tous les jours, quand je feuillette les journaux, je vois des violences, ici en Italie : celui qui tue sa fiancée, un autre qui tue sa belle-mère... Et il s’agit de catholiques baptisés violents ! – avait déclaré le Souverain Pontife le 31 juillet dernier à l’occasion de la conférence de presse tenue au cours du vol ramenant le Saint-Père de son voyage apostolique en Pologne.

Et il ajoutait : " Si je parlais de violence islamique, je devrais également parler de violence catholique. Tous les musulmans ne sont pas violents ; tous les catholiques ne sont pas violents. C’est comme une salade de fruits, il y a de tout, il existe des personnes violentes appartenant à ces religions.

" Une chose est vraie : je crois que dans presque toutes les religions, il y a toujours un petit groupe fondamentaliste. Nous en avons. Et le fondamentalisme arrive à tuer, car on peut tuer avec la langue, et c’est l’apôtre Jacques qui le dit, pas moi, et aussi avec un couteau, je crois qu’il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la violence ». (source : Fides)

Retour aux dépêches
retour à la page d'accueil