Pour vivre au rythme de l'Eglise universelle.
FlashPress - Infocatho
Du 14 au 18 mai 2017 (semaine 20)
 


- 18 mai 2017
FLM
LE NOUVEAU PRESIDENT DE LA FEDERATION LUTHERIENNE
Le pasteur Musa Panti Filibus, archevêque de l’Eglise luthérienne du Christ au Nigéria, a été élu le 12 mai président de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) lors de la 12ème Assemblée de la FLM, réunie à Windhoek, en Namibie.

Il est le 13e à assumer cette charge depuis la fondation de la FLM en 1947, et le deuxième africain. Il succède à l’évêque Munib A. Younan, de l’Eglise évangélique luthérienne de Jordanie et de la Terre sainte, à Jérusalem, élu en juillet 2010 à Stuttgart, en Allemagne. Le premier président africain de la FLM fut l’évêque Josiah Kibira, de l’Eglise évangélique luthérienne de Tanzanie, qui assuma la charge de 1977 à 1984.

Musa Panti Filibus, âgé de 57 ans, a été élu lors du premier tour, recevant un total de 274 voix sur 303, selon un communiqué de la FLM en date du 13 mai 2017. S’adressant aux délégué(e)s à l’Assemblée après sa nomination le 12 mai, l’archevêque Filibus a désigné ses priorités essentielles : le développement des relations de communion, la mission, la justice de genre, la diaconie et la réaction face à la tragédie humaine, les jeunes dans l’Eglise et les relations interreligieuses pour la paix et la justice.

“La communion est un don”, a déclaré l’archevêque Filibus, ajoutant que la construction de la communion doit être travaillée. “ Construire la communion doit aussi se faire avec le souci d’être redevables sur le plan œcuménique”.

L’archevêque Filibus, qui, dans ses travaux antérieurs, a participé à l’élaboration de la politique de la FLM relative à la justice de genre, a assuré s’être engagé à sa mise en application. Cela, a-t-il déclaré, comprend le soutien aux Eglises membres pour comprendre et répondre à ces questions.

L’engagement envers les jeunes dans la vie de l’Eglise doit également être respecté, a-t-il poursuivi, appelant en outre à amener le mouvement du Réseau mondial de jeunes réformateurs et réformatrices au niveau des Eglises locales.

La diaconie, service efficace d’autonomisation face à la souffrance humaine, l’injustice et les situations d’urgence, est également une priorité essentielle pour la FLM. “Mon rêve serait que la FLM reste un acteur compétent et fondamental de la diaconie au niveau international dans la lutte contre la tragédie humaine”, a déclaré l’archevêque

Il y a deux ans, les diocèses du nord-est du Nigeria, d’où l’archevêque est originaire, ont dû suspendre les activités de l’Eglise dans de nombreuses paroisses afin de prévenir les attaques par les terroristes de Boko Haram qui ciblent les cultes. “Je vois aujourd’hui l’immense besoin d’être attentifs aux questions de violence religieuse dans le monde”, a-t-il déclaré.

Il a souligné que la croissance des Eglises du Sud et la baisse de fréquentation des Eglises dans le Nord sont des phénomènes qui nécessitent un accompagnement de la part de la FLM. “Nous avons l’obligation de nous écouter les uns les autres et de nous soutenir mutuellement dans ces combats”. “Nous ne devrions laisser aucune Eglise se sentir seule”.

La Fédération luthérienne mondiale (FLM) est une communion mondiale d’Eglises chrétiennes de tradition luthérienne. Fondée en 1947, elle compte aujourd’hui 143 Eglises membres dans 79 pays, représentant 70 millions de chrétiens dans le monde.

La FLM agit au nom de ses Eglises membres dans des domaines d’intérêt commun tels que les relations œcuméniques, la théologie, l’aide humanitaire, les affaires internationales et les droits de la personne, la communication et les différents aspects de la mission et du développement. (source
: COE)

Retour aux dépêches
retour à la page d'accueil