Infocatho



27.11.02 - L'offensive islamique en Afrique subsaharienne.

Les événements qui viennent de se dérouler au Nigeria ne sont pas un fait isolés, car ils témoignent aux dires de certaines observateurs, d'une inquiétante situation.

Le P. George Ehusani, du Secrétariat Catholique de Lagos, a envoyé à l'Agence vaticane Fides un article qui donne un cadre plus précis des derniers événements, et un cadre historique des violences qui bouleversent le Nigéria. Il y déclare : " Depuis le mois de février 2000, les violences liées à l'imposition de la charia, la loi islamique, qui ont amené à la perte de centaines de vie, à la destruction d'églises, de commerces, d'automobiles et de maisons de propriété des chrétiens, sont devenues un fait habituel à Kaduna, Kano, Jos, Zaria et Bauchi, où une communauté chrétienne nombreuse vit à côté des musulmans ".

Après les massacres provoqués par l'introduction de la charia au mois de février et de mai 2000, la ville, de fait, a été divisée en deux, avec le fleuve Kaduna qui sert de ligne de démarcation. Les chrétiens se sont enfuis de la région nord dominée par les musulmans, et se sont réfugiés dans la région sud, où ils sont en majorité, et en contraignant les musulmans qui s'y trouvaient à quitter la région ".

D'autres personnalités rejoignent le P. George Ehusani dans cette analyse de la croissance alarmante du fondamentalisme islamique en Afrique subsaharienne. La promulgation d'une fatwa demandant l'assassinat de Isioma Daniel, la journaliste du quotidien "This Day", n'a pas été prise à la légère. Elle a été décidée par les autorités islamistes durant une réunion de 21 organisations.

Selon l'évêque de Niamey, Mgr. Guy Romano, "90 % de la population africaine musulmane est en faveur de Osama Bin Laden". Pour lui, c'est dire aussi que 135 millions d'africains voient d'un bon oeil cette fatwa. L'Afrique subsaharienne est une terre où peut facilement se développer le fondamentalisme islamique qui entend, par la charia, s'opposer à la démocratisation que promeut la tradition chrétienne.

Actuellement le prosélytisme musulman y agit avec une rapidité inquiétante. Durant les 15 dernières années, le nombre des adeptes de l'Islam a augmenté de 30 millions dans cette région, soit près de 2 millions par an. Pratiquement les pays proches du Maghreb, comme le Sénégal, la Mauritanie, Djibouti et la Somalie sont entièrement islamisés. Tel est le bial dressé par le P. Ehusani devant l'Agence Fides.

Pour plus d'informations : Agence Fides

Retour