Infocatho



29.11.03 - Un dialogue enraciné dans la foi.

Etre ouverts aux autres dans le dialogue interreligieux mais en même temps être profondément enracinés dans sa propre foi et dans le sentiment profond de sa propre identité de croyant au Christ : tel est le principe de base du dialogue.

C'est ce que rappelle Mgr Felix Machado, Secrétaire du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux, dans le rapport par lequel il a ouvert la journée d'aujourd'hui des travaux de l'Assemblée de l'USG, l'Union de Supérieurs Géénéraux des religieux. Lors de sa longue intervention, il a commencé en parlant de son expérience personnelle, quand en 1999 il eut l'occasion de suivre la visite du Premier Ministre indien. A cette occasion-là, il fut "impressionné" par le sentiment de respect profond du sacré exprimé par le secrétaire particulier du Premier Ministre, qui accomplit des gestes significatifs d'attention, bien qu'il fût dans un contexte socio-religieux tout à fait différent, comme dans le cas de la visite effectuée à la Basilique de Saint-Pierre et à d'autres lieux de la Chrétienté.

Le dialogue, a expliqué Mgr Machado, est solidement enraciné dans les documents du Concile et dans le sentiment profond de sa propre identité de croyant. "Certains chrétiens - a-t-il observé - semblent penser que la foi dans le mystère de Jésus-Christ, Seigneur et Sauveur, est un obstacle à l'engagement à construire des relations amicales, ouvertes, respectueuses et harmonieuses avec les fidèles des autres religions".

Bien au contraire, les chrétiens "doivent savoir" que c'est précisément "leur foi dans le mystère du Christ" qui est à la base "de leur engagement dans les rapports interreligieux". Toutefois, selon Mgr Machado, le dialogue n'est point de "l'indifférentisme" ni un "syncrétisme", parce que "les chrétiens sont invités à s'ouvrir aux fidèles des autres religions, tout en restant fidèles à leur tradition". Dieu "se révèle comme le Père de tous, Il se manifeste en Jésus-Christ comme la lumière qui éclaire le monde, et Il accompagne l'Eglise à travers le Saint-Esprit".

"Il est nécessaire - a-t-il ajouté - de nourrir notre pratique des rencontres interreligieuses grâce à une solide nourriture spirituelle: Dieu ne peut jamais devenir négociable ni marginal dans les rencontres interreligieuses. Il est, au contraire, au centre, comme fondement. La compassion de Dieu le Père, l'amour qui pardonne de Dieu le Fils et la force de Dieu comme Esprit-Saint, donnent la joie, la direction et l'orientation de la Trinité qui permet au dialogue interreligieux de porter ses fruits". 5SOURCE / V ID°

Pour plus d'informations : Agence VID

Retour