Infocatho



01.12.03 - A la veille de la Journée mondiale du Sida.

Lors de la prière de l'Angelus, dimanche 30 novembre, place Saint-Pierre, Jean Paul II a prié pour les malades du sida, "une maladie malheureusement encore en forte augmentation, en particulier dans les pays les plus pauvres".

A la veille de la journée mondiale contre le sida, le lundi, le pape a affirmé qu'il priait "pour ceux qui sont frappés par ce fléau". Il a prodigué ses encouragements à "ceux qui, au sein de l'Eglise, offrent un service inestimable d'accueil, de soin et d'accompagnement spirituel à ces frères et soeurs" atteints par la maladie.

De son côté; pour la Journée mondiale contre le SIDA, le Président du Conseil pontifical pour la Pastorale de la santé, le cardinal Javier Lozano Barragán a adressé un Message dans lequel il soutient les initiatives en cours de par le monde dans le cadre de la prévention et de l’assistance aux malades. Au nom de l’Eglise catholique, il a envoyé aux organisations et institutions internationales, aux gouvernements, ainsi qu’aux agences et associations catholiques qui s’emploient à endiguer ce «terrible fléau», un «message d’ amour et d’espérance pour les familles et les personnes touchées par cette terrible maladie».

Le cardinal Lozano Barragán encourage, au nom du Pape, à chercher «ensemble de nouveaux moyens capables d’induire les gens, et en particulier les jeunes, à adopter des comportements et des habitudes de vie respectueux des valeurs authentiques de la vie et de l’amour". Rappelant qu’à la fin de l’année 2002, selon des statistiques officielles, 42 millions de personnes étaient atteintes du SIDA, dont 19,2 millions de femmes et 3,2 millions d’enfants de moins de 15 ans, le Président du Conseil a rappelé que "l’engagement et l’action de l’Eglise sur les divers continents concerne la prévention, l’éducation, et l’assistance multiforme des malades et de leurs familles". La pensée de Jean-Paul II s’articule autour de la nature du phénomène (pathologie de l’esprit), la prévention basée sur la sacralité de la vie et la sexualité responsable ».

Il a demandé que les gouvernements "se chargent des besoins sociaux, humanitaires et socio-sanitaires des enfants orphelins, dont le nombre augmente avec la diffusion du sida", qu'ils s'engagent en faveur de "la mondialisation du bien commun international de la santé" et contre toute forme de discrimination à l'égard des séropositifs et des malades de Sida.

Le Pape s’est adressé "en particulier aux professionnels de santé,…aux autorités civiles qui doivent fournir aux populations une information correcte et aider les pauvres, et aux scientifiques appelés à une solidarité renouvelée avec les malades, et à faire tout leur possible pour faire avancer la recherche biomédiacale sur le SIDA afin de trouver des traitements efficaces"... "L’Eglise invite chacun à intensifier la prévention en suivant la doctrine sociale de l’ Eglise …, à se rapprocher du sacrement de réconciliation, à raviver auprès des malades le sens chrétien de la vie… Au niveau communautaire», est recommandé "le soutien des activités paroissiales contre le SIDA, …l’ attention aux politiques gouvernementales en la matière…et le soutien économique aux initiatives et projets contre le SIDA"

L'Eglise pour sa part contribue à hauteur de 25% à l'aide mondiale pour la lutte contre le Sida, étant ainsi le premier partenaire des gouvernements dans ce domaine social. "Aujourd'hui les moyens offerts sur le plan social de la part d'organismes ecclésiaux représentent 12% du total mondial et 13% de la part d'Ong catholiques; soit un total de 25%, ce qui fait de l'Eglise le premier partenaire de l'Etat dans le domaine social". (source : vis)

Pour plus d'informations : Service de presse du Vatican

Retour