Infocatho


29.05.04 - 20 à 30.000 personnes aux obsèques du cardinal Thiandoum.

On estime que
devrait "se situer aux alentours de 20 à 30.000" la foule imposante qui ont participé aux obsèques du cardinal Thiandoum, l'ancien archevêque de Dakar avec la présence des dignitaires musulmans.

La cathédrale Notre Dame des Victoires, où s'est déroulée la messe d'obsèques présidée par l'envoyé spécial du pape, le doyen honoraire du Sacré collège, le cardinal béninois Bernardin Gantin. Des grands auvents avaient été installés dans les jardins de la cathédrale où la messe fut retransmise par hauts parleurs.

Plusieurs dignitaires musumans
assistaient à la cérémonie de même que plusieurs membres du gouvernement sénégalais et du corps diplomatique accrédité à Dakar : le responsable de l'influent groupe de presse local d'obédience musulmane "Walfadjiri", Sidy Lamine Niasse et le chef spirituel de la communauté libanaise chiite du Sénégal, le Cheikh Abdul Monem Zein, l'ancien Premier ministre Habib Thiam, représentant l'ex- Président socialiste Abdou Diouf, prédécesseur d'Abdoulaye Wade à la tête du Sénégal. .

"Par son départ, le Cardinal Thiandoum rejoint ses frères et compagnons de la première heure de l'Eglise en Afrique : les Cardinaux Rugambwa de Tanzanie, Biyayenda du Congo, Malula du Congo Démocratique, Zoungrana du Burkina Faso, Yago de Côte-d'Ivoire, Otunga du Kenya. Tous ces grands témoins du Christ que le Pape Jean Paul II a rappelé avec affection et émotion dans son livre "Levez-vous et allons", sont, pour l'Eglise d'Afrique une grande raison de foi, d'espérance et de communion" a déclare le cardinal Sepe en transmettant le message de Jean Paul II.

. "Non seulement ils ont offert une grande contribution au Concile Vatican II, en apportant leur propre sensibilité d'Africains, mais ils ont travaillé sans se lasser à construire l'Eglise-Famille de Dieu dans un continent qu'ils ont aimé et défendu, par des structures ecclésiales comme le Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM) et la Conférence Episcopale Régionale d'Afrique Occidentale (CERAO)", observe le cardinal de l'Evangélisation des Peuples.

"L'ancien archevêque de Dakar, rappelle ce message, a travaillé sans cesse à établir des communautés chrétiennes fortes de leur foi en Jésus-Christ, mais engagées dans le témoignage fraternel, et dans le dialogue avec leurs frères de l'islam. Pour sa volonté de collaboration et son désir profond pour le développement du pays, certains l'ont appelé le "Cardinal des musulmans".

Il a toujours été convaincu que l'amour des autres était une source de richesse et de vie. Cet amoureux de Dieu et de l'homme a toujours voulu et a toujours recherché la paix, la concorde et l'unité du pays". "Avec sa mort, le soleil se couche sur Dakar et sur l'Afrique, ajoute le message. Mais le crépuscule des Anciens annonce un jour nouveau pour l'Eglise-Famille de l'Afrique. Aujourd'hui, au Sénégal, un autre baobab est tombé. Mais le champ du Seigneur n'est pas un désert, il est toujours rendu fertile par le sacrifice de Jésus-Christ, fécondé par la présence constante de l'Esprit Saint et moissonné par le travail missionnaire des enfants de l'Eglise". (source : fides)

Pour plus d'informations : Service de presse du Vatican

Retour