Infocatho - 20.000 saints et bienheureux



Les saints du 27 février


SAINTE ANNE-LINE HIGHAM (+ 1601)
martyre anglaise. D'origine noble et élevée dans la Comunion anglicane, elle se convertit au catholicisme, hébergeant souvent des prêtres. En raison de sa fidélité à l'Eglise romaine, elle fut condamnée à être pendue à Tyburn.

SAINT ASCELEPIOS et SAINT JACQUES (5ème s.)
Deux ascètes qui s'étaient retirés dans les déserts de Syrie après avoir mené une vie communautaire dans un bourg voisin. Ils s'enfermèrent chacun séparément dans une maisonnette du village pour y mener une vie solitaire toute consacrée à la contemplation.

SAINT ETIENNE L'HOSPITALIER (+ 614)
Dignitaire de la cour de l'empereur Maurice, il se retira pour fonder un asile de vieillards et une hôtellerie pour les étrangers, dans le quartier de la Corne d'Or, au coeur de la capitale Constantinople. Il y pratiqua une intense et joyeuse charité.

SAINT GABRIEL DE L'ADOLORATA (+ 1862)
Saint Gabriel de Notre-Dame des Sept-Douleurs était originaire d'Assise. A 17 ans, il entra chez les religieux passionnistes. A 24 ans, il offre sa vie à Dieu, tuberculeux et atteint d'une grande souffrance qu'il supporte joyeusement. Il a été proposé par l'Eglise comme patron des novices et des séminaristes.

SAINT GELASE (+ 297)
Il était comédien en Syrie, à Mariamne près de Damas. En parodiant la scène du baptême chrétien, il jouait le rôle du néophyte jeté dans l'eau baptismale. C'est alors qu'il se convertit. "Je suis chrétien, prêt à mourir", proclama-t-il devant les spectateurs qui, s'apercevant que la bouffonnerie n'existait plus, le lapidèrent jusqu'à la mort.

SAINT GEORGE HERBERT (+ 1633)
Prêtre anglican et poète que la Communion anglicane honore comme un saint.

SAINTE HONORINE (4ème s.)
On ne connaît d'elles que les reliques qui furent rapportées de Haute-Normandie jusqu'en Ile-de-France à Conflans-Saint-Honorine. Les légendes en font une martyre gauloise.

BIENHEUREUX JEAN DE GORZE (+ 975)
Bénédictin, devenu abbé de Gorze et réformateur de son Ordre. Jean de Vandières était un riche propriétaire terrien qui, au retour d'un pèlerinage à Rome, se décida à devenir moine en 933. Il fut alors envoyé comme ambassadeur de l'empereur Othon Ier, auprès du calife Abderrahman de Cordoue.

SAINT LEANDRE (+ 596)
Envoyé en mission à Constantinople par le roi wisigoth Herménégilde, il y rencontrera le futur pape saint Grégoire le Grand. Une amitié profonde et durable les unit désormais, comme en témoigne le courrier qu'ils échangèrent et qui est conservé. Devenu archevêque de Séville, il uniformisa la liturgie espagnole, jetant les fondements de ce qui deviendra la liturgie mozarabe. Par sa patience et son souci apostolique, il ramena les Wisigoths à l'unité de l'Eglise. Il fonda l'école épiscopale de Séville, qui eût un grand rayonnement durant plusieurs siècles. L'Eglise d'Espagne le vénère à légal d'un Docteur de l'Eglise.

SAINTE PHILIPPA (+ 1547)
Orpheline très jeune, elle épousa le duc de Lorraine, mais le ménage fut difficile. Bientôt veuve, elle entra chez les religieuses clarisses de Pont-à-Mousson, où elle vécut dans une grande austérité.

SAINT PROCOPE LE DECAPOLITE (+ 741)
Originaire de Séleucie, en la Décapole d'Asie Mineure, il devint moine à Constantinople. A l'époque de la persécution iconoclaste menée par l'empereur Léon III l'Isaurien, il eût beaucoup à souffrir. Par l'ascèse et la prière silencieuse, il sut dominer toutes ces tribulations.

SAINT TITE DE KIEV (+ 1190)
Moine vertueux, devenu prêtre, il vit monter en son coeur une haine violente contre Evagre, un autre moine. Ils avaient tous deux un caractère obstiné et les autres frères ne purent les réconcilier. Au moment où il sentit la mort s'approcher, il voulut demander pardon à Evagre qui lui refuse cette réconciliation. Evagre mourut alors et saint Tite passa le reste de ses jours dans la pénitence et la charité fraternelle.


Retour


2000-2001 - Tous droits de reproduction et de traduction réservés - infocatho