Infocatho - 20.000 saints et bienheureux


Les saints du 4 mars

SAINT ADRIEN (+ 875)
Chassé de son pays, l’Irlande, par les invasions danoises, il gagne l’Ecosse où il fonde un monastère dans l’île de May, sur le Firth of Forth.. C’est là que les Danois, eux encore, au cours d’un de leurs raids le mettent à mort avec beaucoup de ses disciples. Ce monastère deviendra un lieu de pèlerinage célèbre.

BIENHEUREUSE ANNE DE JESUS (+ 1621)
Originaire de Medina-del-Campo, elle entra jeune dans l’Ordre des Carmélites. Co-adjutrice de sainte Thérèse d’Avila, elle parcourut l’Espagne puis la France pour y fonder des monastères selon la réforme. Elle meurt à Bruxelles dans son couvent du Parc.

MR -
SAINT APPIEN (8ème s.)
Moine, il fut envoyé du monastère de Saint-Pierre au Ciel d’Or de Pavie, à Comacchio ville, où il termina sa vie dans la retraite.


MR - SAINT BASIN (+ 705)
Il fut l’ami de saint Willibrord dont il favorisa les études.
Issu des ducs du royaume d’Austrasie, il fut d’abord moine, puis abbé de Saint-Maximin de Trèves et enfin élevé au siège épiscopal de la cité ; il donna son accord à la fondation de sainte Irmine à Echternach. Evêque de Trèves, il fut considéré comme un saint dès son vivant.

MR - SAINT CASIMIR (+ 1484)

Il est le deuxième des treize enfants du Grand-Duc de Lituanie, devenu roi de Pologne, Kazimierz Jagellon le Grand. Il a treize ans quand son père lui commande d’aller ceindre la couronne de Hongrie. Mais il devra livrer bataille. Casimir refuse une couronne qu’il lui faudra conquérir dans un bain de sang chrétien. "J’ai en vue, écrit-il alors, une union de la Hongrie avec la Pologne, mais pas une guerre fratricide. Régent de Pologne en l’absence de son père, prince intelligent et généreux, il accomplit ses fonctions avec conscience et justice. Atteint de tuberculose pulmonaire, il refuse les moyens qu’on lui propose pour sauver sa vie. Il avait fait voeu de chasteté et ses médecins lui proposaient de l’abandonner comme étant le meilleur moyen de guérir : " Plutôt mourir que de commettre le péché." Au milieu d’une cour luxueuse, il sut garder un grand amour des pauvres et de la pauvreté grâce à une vie de prière intense. Il mourut à Vilnius en Lituanie. Il est le patron de la Lituanie, mais la Pologne ne l’oublie pas dans ses prières.


MR - BIENHEUREUX CHRISTOPHE BALES (+ 1590)
Né à Coniscliffe dans le Dutham en Angleterre, il fit ses études au séminaire anglais de Douai et fut ordonné prêtre. Passé en Angleterre en 1588, il fut martyrisé deux ans plus tard pour sa fidélité à l’Eglise romaine. Il fut béatifié en 1929. En même temps que lui, Alexandre Blake et Nicolas Horner, martyrs, qui, sous la reine Élisabeth Ière, furent soumis aux supplices du gibet à cause de leur foi catholique.

SAINT DANIEL DE MOSCOU (+ 1303)
Il est le fils du Grand-Duc saint Alexandre Nevski et il fonda le premier monatère de Moscou où se trouve maintenant le Patriarcat de toute la Russie, le monastère de Danilov. Il sut rétablir la paix en se faisant réconcilier les princes russes.

MR - SAINTE EULALIE PLACIDE VIEL (+ 1877)
Née dans une ferme de la région d’Avranches en Normandie, elle rencontra saint Marie-Madeleine Postel, fondatrice de Soeurs des Ecoles chrétiennes de la Miséricorde. Elle entra dans cette congrégation où elle fut assistante générale à l’âge de 26 ans puis succéda à la sainte fondatrice à l’âge de 31 ans. Elle connut bien des jalousie de la part de certaines soeurs, jusqu’au jour où elle obtint l’approbation pontificale pour son institut. Malgré une grande timidité, elle sut mener, avec audace et pour eux, une vie de charité au service des pauvres. Elle sut s’y sacrifier pleinement. Elle a été reconnue bienheureuse en 1951.

SAINT FELIX DE RHUYS (+ 1038)
Originaire de Quimper, il vécut d'abord ermite dans l'île d'Ouessant puis rejoignit le monastère bénédictin de Fleury, sur les bords de la Loire. Le Père Abbé lui confia la restauration de l'abbaye de Rhuys qui avait été fondée par saint Gildas au 6ème siècle sur le golfe du Morbihan, mais qui avait été détruite par les Normands.mg.

MR -
BIENHEUREUX HUMBERT III DE SAVOIE. (+ 1158)
Comte de Savoie, il se sentait attiré par la vie monastique et souvent se rendait au monastère d’Aulps. Mais il sacrifia son attrait pour la solitude aux devoirs de sa charge. Resté veuf et sans enfant, après la mort de sa première épouse et, à la demande de ses sujets qui voulaient garder cette famille à la tête de leur pays, il contracta successivement deux mariages, son devoir l’emportant une fois de plus sur ses goûts personnels. Valeureux dans les combats, juste et modéré dans les victoires, il avait conquis l’estime de ses contemporains au point que le roi d’Angleterre le choisit comme médiateur dans son royaume. Dès que son fils fut en âge de gouverner, il se retira au monastère de Hautecombe où son assiduité aux offices, son humilité dans les tâches les plus simples et sa charité firent l’admiration de tous,
mais ses barons le contraignirent à reprendre le pouvoir et à se remarier. Au bout de quelques années, il put reprendre la vie monastique, avant de mourir à Chambéry.

MR - BIENHEUREUX JEAN-ANTOINE FARINA (+ 1888)
Évêque à Vicence en Vénétie, qui déploya une activité pastorale multiple et fonda l’Institut des Sœurs Maîtresses de Sainte-Dorothée Filles des Saints Cœurs, enseignantes et soignantes, pour qu’elles veillent à la formation des jeunes filles pauvres et s’occupent de tous les affligés et marginalisés. Il sera surnommé "l'évêque des pauvres". Les dernières années de sa vie seront marquées par les incompréhensions qui vont jusqu'à des accusations injustes qu'il accepte dans une paisible et sereine offrande à Dieu.mg.

SAINT JOASAPH et SAINT BASILE (+ 1299)
C
onfesseurs. Moines de Pskov en Russie, ils vivaient dans une ascèse austère quand les Chevaliers teutoniques envahirent la région, brûlant les monastères orthodoxes. Les deux higoumènes remportèrent la couronne du martyre en étant eux-mêmes brûlés vifs.

SAINTE JULIENNE (3ème s.)
Martyre avec son frère, saint Paul, et leurs amis saint Codrat, saint Acace et saint Stratonique. Les pires châtiments n’eurent pas raison de leur foi inébranlable. Codrat, Acace et Stratonique furent décapités. Paul fut jeté dans une fosse immonde et Julienne, après avoir été enfermée dans une maison de débauche, remporta la couronne du martyre, elle aussi décapitée.

SAINT LEONARD (+ 630)
ou Léodowald. Evêque d’Avranches et confesseur. De sa naissance à son épiscopat nous savons bien peu de choses. On disait que durant sa jeunesse, ses excès faisaient peur aux gens de bien; et puis qu’un jour il changea totalement de conduite. Grande était sa dévotion à l’égard de saint Martin dont il répandit le culte en Normandie. On dit même qu’il lui dédia 31 églises. L’histoire se tait sur le reste de son épiscopat

SAINT LUCIUS (+ 254)
pape. Il est l’un des moins connus. Il aurait été quelque temps exilé à l’époque de la persécution de l’empereur Valérien. Il connut quelques difficultés avec des évêques ibériques qui avaient abjuré et que leurs fidèles rejetaient. Ces épisodes nous sont connus par deux lettres de saint Cyprien de Carthage à son successeur le pape Corneille.

MR - BIENHEUREUX MITSLAV BOHATKIEWICZ (+ 1942)
La Lituanie n'était plus indépendante, une partie d'entre elle avait été annexée par la Pologne en 1919, quand il fut ordonné prêtre en 1933 à Vilnius. Il exerça son ministère sacerdotal comme curé à Dryssa jusqu'au moment de l'invasion nazie. Arrêté en 1942, il fut fusillé deux mois plus tard à Berezwecz, actuellement en Biélorussie, dans le diocèse catholique de Minsk. Avec lui, furent aussi condamnés
et fusillés deux prêtres, les bienheureux Ladislas Mackowiak et Stanislas Pyrtek. "C'est le devoir du prêtre de se sacrifier pour le Christ", écrira ce dernier à sa famille. Il n'avait pas trente ans.mg,

MR - SAINT PHOTIUS (4ème s.)
et ses compagnons les saints Photius, Archélaüs, Quirin et dix-sept autres martyrs, à Nicomédie en Bithynie.


MR - SAINT PIERRE DE CAVA (+ 1123)
Né en Sicile à Policastro, il se rend à Cluny pour y vivre la spiritualité de la grande abbaye bénédictine de Bourgogne. Mais il recherche la solitude et revient dans son pays auprès du couvent de La Cava. Les religieux refusèrent la réforme de Cluny et le chassèrent. Quelque temps après ils changèrent d’avis, lui demandant de devenir leur abbé. Dès lors, la réforme clunisienne progressa dans tout le sud de l’Italie.

MR -
SAINT ROMÉO (14ème s.)
Religieux carme, il fut le compagnon de saint Avertin dans toutes ses pèrégrinations et mourut à Lucques en Toscane.


SAINT SADOK (6ème s.)
et ses 128 compagnons martyrs en Perse pour la foi au Christ. L’hagiographie de l’Eglise chaldéenne les exalte parce qu’ils préférèrent le Christ au culte du soleil et pour cela furent décapités les uns après les autres.


Retour

MR = inscrit au Martyrologe Romain - édition 2004
2000-2006 - Tous droits de reproduction et de traduction réservés - infocatho