Infocatho - 20.000 saints et bienheureux


Les saints du 8 mars

MR - SAINT JEAN DE DIEU (+ 1550)
A huit ans, pour des raisons que l’on ignore, le petit portugais Joao Ciudad fait une fugue et se retrouve, vagabond, sur les routes. Pendant 33 ans, il va mener une vie d’errance : enfant-volé puis abandonné par un prêtre-escroc, il parcourt l’Espagne. Tour à tour berger, soldat, valet, mendiant, journalier, infirmier, libraire... Le vagabond, un moment occupé à guerroyer contre les Turcs en Hongrie, se retrouve à Gibraltar. Et c’est là qu’un sermon de saint Jean d’Avila le convertit. Il en est si exalté qu’on l’enferme avec les fous. Puis son dévouement éclôt en oeuvres caritatives. Tout ce qu’il a découvert et souffert, va le faire devenir bon et miséricordieux pour les misérables. Il collecte pour eux, ouvre un hôpital, crée un Ordre de religieux, l’Ordre de la Charité. L’hôpital qu’il a fondé à Grenade donnera naissance aux Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Au moment de mourir, il dira :" Il reste en moi trois sujets d’affliction : mon ingratitude envers Dieu, le dénuement où je laisse les pauvres, les dettes que j’ai contractées pour les soutenir."

MR - SAINT APOLLONIUS (+ 287)
ou Apollon. Martyr à Antinoé en Égypte, avec saint Philémon. Saint Arien
qui exerçait les fonctions de juge à Antinoë fut témoin de la constance des chrétiens qu’il venait de condamner et il se convertit. On les conduisit ensemble à Alexandrie pour être noyés en mer..

SAINT ARIEN (+ 311)
saint Philémon et saint Apollone, martyrs. Il exerçait les fonctions de juge à Antinoë en Egypte, quand, témoin de la constance des chrétiens qu’il venait de condamner, il se convertit. On les conduisit ensemble à Alexandrie pour être noyés en mer.

MR - SAINT DUTHAC (+ 1065)
Irlandais, il passa la mer, comme tant d’autres de ses compatriotes, et devint évêque de Ross en Ecosse où de nombreuses localités portent son nom, comme la ville de Kilduthie. Il est aussi chargé de nombreuses légendes.

SAINT EDUARD KING (+ 1910)
Nous fêtons avec la Communion anglicane cet évêque de Lincoln qui mena une remarquable action pastorale.

MR - SAINT ETIENNE D’AUBAZINE (+ 1154)
À Aubazine (Obazine), dans le Limousin, en 1159, il en fut le premier abbé de ce lieu. En quête de Dieu, il hésita entre la vie d’ermite, de chanoine et de moine. Il proposa à ses disciples de vivre en commun l’idéal du désert. Il établit, par la suite, ses communautés sous la dépendance de Citeaux qui, à la même époque, garantissait ce genre d’observance et s’agrégea à l’Ordre cistercien avec les trois monastères qu’il avait fondés.

MR - SAINT FELIX (+ 646)
Un saint prêtre de Bourgogne qui convertit Sigebert, un roi des Angles qui avait été obligé de s’exiler un temps pour échapper à des usurpateurs familiaux. Quand le roi retourna en Angleterre, il emmena avec lui saint Félix et en fit un évêque dans le Suffolk.
Évêque, il fixa son siège à Dumnoc (aujourd'hui Dunwich) et il y fonda des églises, des monastères et des écoles, avec l’appui du roi Sigebert.

MR - BIENHEUREUX FAUSTIN MIGUEZ (+ 1925)
Prêtre des Clercs réguliers des écoles religieuses, qui se donna tout entier à sa charge d’enseignant, avec une activité pastorale qui lui valut d’être reconnu comme maître et expert, et il fonda la Congrégation des Filles de Calasanz.
Il meurt à Getafe, près de Madrid.

SAINT HUMFROY (+ 871)
ou Hunfrid. Originaire de la région de Prüm en Allemagne, il fut évêque de Thérouanne en France et gouverna en même temps l’abbaye de Saint-Bertin. Il fut chassé de sa ville épiscopale par les invasions normandes. Après bien des hésitations, il n’abandonna pas sa charge et nous le retrouvons au concile d’Aix-la-Chapelle. Nous avons de lui une lettre au pape Nicolas I. Il est l’un des premiers évêques à avoir donné grande solennité à la fête de l’Assomption de la Vierge Marie. Le diocèse d'Arras fait mémoire de lui aujourd'hui.mg

SAINT HUNON (+ 690)
Un saint moine anglais qui assista l’abbesse du monastère d’Ely, sainte Etheldrède, dans ses derniers moments. Vers la fin de sa vie, il se retira dans un ermitage des Fens.

BIENHEUREUX JEAN D’AVILA (+ 1569)
Dès l’âge de quatorze ans, il se distingue par sa maturité intellectuelle. A Salamanque, ses études universitaires furent des plus brillantes, d’autant qu’il avait grande facilité à exprimer le sens exact de sa pensée. Il vivait une vie chrétienne profonde. Quand il perdit son père et sa mère, il se sentit libre de s’orienter vers la sacerdoce après avoir vendu la majeure partie de ses biens pour les plus pauvres. Ses prédications à Tolède attirait les foules et, parmi ceux dont il marqua définitivement la vie, nous pouvons mentionner saint Jean de Dieu, saint François Borgia, sainte Thérèse d’Avila. Il insistait sur la nécessité de bien se connaître et bien connaître Dieu. Il fut l’un des maîtres spirituels de son temps et ses lettres sont encore d’actualité. Accusé de rigorisme, il connut même, un temps, les rigueurs des prisons de l’Inquisition. Lorsque son innocence fut reconnue, il remercia les juges d’avoir voulu le perdre et ainsi de lui avoir fait partager un temps la vie du Divin crucifié.

SAINT JULIEN DE TOLEDE (+ 690)
Primat d’Espagne, il présida deux importants conciles nationaux tenus dans sa ville épiscopale et s’appliqua à restaurer la liturgie mozarabe. Ecrivain, il fut l’un des plus grands chefs spirituels de l’Eglise espagnole de son temps.mg

MR - SAINT LITFRED (+ 874)
ou Liutfroid, évêque à Pavie en Lombardie.

SAINT LAZARE DE MOURMANSK (+ 1391)
L’Eglise russe fait mémoire de ce saint higoumène qui dirigea avec douceur et patience le monastère de Mourmansk dans le Grand Nord russe.

LES MARTYRS DE COREE (19ème s.)
Nous fêtons ces martyrs qui, entre 1839 et 1866, donnèrent leur vie en témoignage de la foi au Christ. Le Pape a canonisé le 6 mai 1984, onze prêtres martyrs qui appartenaient aux Missions Etrangères de Paris, vingt quatre catéchistes coréens, dix jeunes femmes coréennes et six jeunes garçons et filles de moins de vingt ans, qui furent étranglés ou décapités. On estime à près de 10.000 les martyrs de cette période. Nous les fêtons aussi chacun au jour des calendriers liturgiques des Eglises qui les vénèrent. Nous fêtons aujourd'hui le bienheureux Pierre-Henri Dorie.mg

SAINT OGMOND (+ 1121)
Evêque de Holar en Islande, il en est l’un des premiers évangélisateurs. Il a été canonisé en 1201.

SAINT PAUL (+ 843)
Evêque de Plousias en Bithynie, il était peiné de voir que les hérétiques iconoclastes renversaient les saintes icônes dans les églises pour les remplacer par des décorations végétales. Il le leur reprochait par des discours enflammés, ce qui le fit exiler dans la région de l’Olympe où il endura cette peine avec patience jusqu’à sa mort.

MR - BIENHEUREUX PIERRE HENRI DORIE (+ 1866)
Originaire de Saint-Hilaire-de-Talmont, il fit ses premièrs études aux Sables d'Olonne en Vendée, entra au grand séminiaire de Luçon, mais il était attiré par les missions lointaines. C'est pourquoi, en 1862, il entra au séminaire des Missions Etrangères de Paris et fut envoyé en Corée. Il arrive à Séoul le 27 mai 1865 et quelques mois plus tard le 28 février 1866, il fut arrêté par la police coréenne qui recherchait les missionnaires entrés en fraude. Arrêté à Sai-Nam-Hte, puis torturé, il fut décapité avec deux évêques de la province, Siméon Berneux, des prêtres de la Société des Missions Étrangères de Paris, Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu, et dix-sept coréens. On fait aujourd'hui mémoire de Pierre Henri Dorie dans le diocèse de Luçon en Vendée.mg

MR - SAINT PONCE (+ 262)
Confesseur. Diacre de saint Cyprien, il accompagna son évêque en exil et l’assista dans son martyre.
Il laissa un excellent ouvrage sur la vie et la passion de son évêque.

MR - SAINT PROVIN (+ 420)
Originaire de la Gaule cisalpine, il devint le disciple de saint Ambroise, évêque de Milan. Il fut ensuite nommé coadjuteur de saint Félix, l’évêque de Côme, à qui il succéda en 391. Il préserva son Église de l'hérésie arienne.mg

SAINT RHIAN ( ?)
Probablement un moine, peut-être même un abbé dont le nom s’est attaché à une localité du Pays de Galles, Llanrhian, en Dyfed. C’est tout ce que nous savons de lui.

MR - SAINT SENAN (6ème s.)
Abbé du monastère de l’île de Carthaig (Scattery) sur l'estuaire du Shannon où il fut enterré. Il avait fondé le monastère de Enniscorthy. On dit qu'il s'en fut quelque temps à Rome puis qu'il demeura au Pays de Galles avec saint Daviden Irlande. .

MR - SAINT THEOPHYLACTE (+ 845)
D’origine modeste, il vint à Constantinople et entra au service du saint patriarche Taraise qui, devant tant de vertus monastiques, le choisit comme évêque de Nicomédie. Il y fit édifier une véritable cité de la charité, avec des maisons particulières pour accueillir et soigner les malades, leur offrant des bains chauds, organisant un hôpital avec médecins et infirmiers, et construisant une église dédiée aux saints médecins Côme et Damien. Pour les indigents de la cité, il avait institué une aumône mensuelle, après un recensement pour qu’aucun ne soit oublié. Il connut l’époque iconoclaste et fut arrêté, exilé et enfermé dans une forteresse, veillant de loin au soin de son Église, comme nous le savons par sa correspondance. Il mourut en exil après y être resté pendant près de trente années.

MR - SAINT VEREMOND (+ 1092)
Originaire de la Navarre, il entra au monastère Notre-Dame d’Hirache et sous son abbatiat, cette abbaye devint l’une des plus importantes du royaume. Conseiller des rois de Navarre, il réussit à convaincre le Saint-Siège de ne pas supprimer la liturgie mozarabe. Il fut aussi un grand ami des pauvres.

MR - BIENHEUREUX VINCENT KADLUBECK (+ 1223)
Issu d’une famille noble de Pologne, il fait de brillantes études et est reçu docteur de l’Université de Cracovie. Ordonné prêtre et prévôt de la collégiale de Sandomir, il est élu évêque de Cracovie en 1208. Il évangélise les peuples du nord de la Pologne qui sont encore païens, se préoccupe d’améliorer la vie des pauvres et embellit les églises. Il avait une grande dévotion envers l’Eucharistie qui était pour lui la source de toute spiritualité. Après 10 ans d’épiscopat, il décide de se retirer, distribue ses biens aux pauvres et, pieds nus, il rejoint le monastère cistercien où il mourra cinq ans plus tard.


Retour

MR = inscrit au Martyrologe Romain - édition 2004
2000-2006 - Tous droits de reproduction et de traduction réservés - infocatho