Infocatho - 20.000 saints et bienheureux


Les saints du 14 mars

MR - SAINT ALEXANDRE DE PYDNA (4ème s.)
Martyr en Macédoine durant la persécution de Maximin. Il fut décapité et le lieu de sa mort devint une source d’eau jaillissante.

BIENHEUREUX AMBROISE FERNANDEZ (+ 1620)
Martyr. Né à Sisto au Portugal, il se rendit au Japon pour y faire fortune. Et c’est là qu’il décide d’entrer chez les Jésuites en 1577, comme frère laïc. Il meurt à l’âge de soixante-dix-neuf ans, arrêté et emprisonné dans les geôles de Suzota. Il a été béatifié en 1867.mg.

SAINTE APHRODISE et SAINT PIERRE (5ème s.)
Martyrs africains qui attestèrent, par leur mort, la divinité du Christ, face aux Vandales.

BIENHEUREUX ARNAUD (+ 1254)
Confesseur. Il était abbé de Sainte-Justine de Padoue. Durant les guerres civiles, son monastère fut pris et occupé par un tyran local. Lui-même fut jeté en prison et mourut au bout de huit années de dure captivité.

SAINT BENOÎT (+ 560)
Les Eglises d’Orient font aujourd’hui mémoire du “Père des moines d’Occident” que l’Eglise romaine célèbre le 11 juillet.

SAINT BONIFACE DE ROSS (7ème s.)
Confesseur. La tradition veut qu’il ait quitté l’Italie pour le nord de la Grande-Bretagne qu’il évangélisa. L’ancien bréviaire d’Aberdeen lui fait construire une centaine d’églises et lui accorde de multiples miracles après sa mort. Ce qui veut dire qu’il a marqué son époque et les fidèles, dont la mémoire enthousiaste a amélioré les manifestations de son zèle et de sa sainteté après sa mort.

SAINT DIACRE (6ème s.)
On ne connaît pas son nom. Il était diacre de l’église des Marsi en Italie centrale. Saint Grégoire le Grand raconte qu’il fut tué par les Lombards.

BIENHEUREUX DOMINIQUE JORJES (+ 1619)
Ce soldat portugais se fixa au Japon, où il hébergea de nombreux chrétiens. Arrêté pour sa foi, il fut brûlé vif à Nagasaki et fut béatifié en 1819.

SAINT EUSCHEMON (9ème s.)
Confesseur. Il vécut à Lampsaque, près du détroit des Dardanelles en Turquie. Il défendit saint Théodore le Studite pendant la querelle des Iconoclastes.

SAINT EUTYCHE (+ 741)
Ou Eustate et ses compagnons, martyrs à Carrhes en Mésopotamie. On ignore combien ils étaient : des dizaines, des centaines peut-être, emmenés prisonniers par un général arabe, après une bataille contre les armées de l’empereur de Constantinople. On comptait les faire apostasier. Ils refusèrent et préférèrent se laisser massacrer plutôt que de devenir musulmans.

MR - BIENHEUREUSE EVE DE LIEGE (+ 1266)
ou Evelyne. Recluse cistercienne vivant au couvent de Saint Martin de Liège, elle continua l’oeuvre de la bienheureuse Julienne de Cornillon et propagea la dévotion de la Fête-Dieu.

SAINTE FLORENTINE (7ème s.)
ou Florence. Originaire de Carthagène en Espagne, elle se fit religieuse. Des hôpitaux et des confréries se placèrent sus sa protection. Certaines traditions veulent qu’elle et ses compagnes aient été martyrisées par les Sarrasins. Ce qui n’est pas établi historiquement.

MR - BIENHEUREUX JACQUES CUSMANO (+ 1888)
Originaire de Palerme, ce médecin devenu prêtre fonda l’Institut des Soeurs Servantes des Pauvres ainsi que la congrégation des Missionnaires Serviteurs des Pauvres. Il avait en effet choisi le service de la charité pour les plus nécessiteux. Il n'hésitait pas à mendier dans la rue auprès des habitants de Palerme. Il mourut d'épuisement à 54 ans. Il a été béatifié en 1983.mg.

BIENHEUREUX JEAN BARASTRE (+ 1275)
Confesseur. Le roi saint Louis avait une profonde vénération pour cet abbé du monastère Saint Eloi d’Arras. Ami et protecteur des hommes de lettres, il envoyait ses moines étudier à l’Université de Paris où il aida également les premiers dominicains. Il fut invité par le pape à se rendre au concile général de Lyon, en 1274, mais son âge et ses infirmités ne lui permirent pas ce long voyage.


MR - SAINT LAZARE DE MILAN (5ème s.)
Évêque de Milan, mort le 14 mars, il est fêté à Milan le 11 février, suivant la tradition liturgique milanaise de ne commémorer aucun saint durant le Carême. Il sut défendre ses fidèles pendant les invasions des Otrogoths.

SAINT LEON (4ème s.)
Evêque et martyr, sans doute victime des hérétiques ariens. Sur l’inscription de sa tombe, érigée par une pieuse romaine à l’Afro Verano, il est dit :”avoir obtenu la grâce de garder fidèlement le troupeau.”

MR - SAINT LUBIN (+ 557)
Evêque de Chartres. Originaire de Poitiers, ce paysan devint moine à l’abbaye de Ligugé, puis il fut l’un des plus célèbres évêques de Chartres. Par ses prières, il sauva la ville de Paris d’un horrible incendie. Il y vint d'ailleurs en 551 pour le second concile de Paris. Nous y avons sa souscription (signature).

MR - SAINTE MATHILDE (968)
ou Maud. Impératrice, épouse heureuse d’Henri l’Oiseleur, roi de Germanie, elle eut beaucoup à souffrir de ses deux fils après la mort de son mari. Othon, le premier empereur de Germanie, lui reprochait ses libéralités pour les pauvres et les monastères sous le prétexte qu’elle ruinait le pays. Elle pacifia ces querelles puis s’en remit à la paix de la vie monastique des moniales bénédictines de Quedlinbourg en Saxe. Elle et son mari s’étaient beaucoup aimés pendant les vingt années de leur mariage, aussi demanda-t-elle à être transportée là où il était enterré, afin de reposer près de lui.mg.

BIENHEUREUX ODON (12ème s.)
Confesseur et abbé du monastère de Battle en Angleterre.

MR - BIENHEUREUSE PAULINE (+ 1107)
C’était une princesse allemande. Devenue veuve, elle consacra sa fortune avec l’aide de son fils à fonder le double monastère de Zelle, le Paulinzelle, dans la région de Fulda en Allemagne.

BIENHEUREUX PLACIDE RICCARDI (+ 1915)
Originaire de Trevi, en Ombrie, il entra chez les bénédictins de Rome en 1866, à l'âge de 22 ans. Confesseur et aumônier d'un monastère de moniales, puis de l'abbaye de Farfa, dans les monts Sabins au nord de Rome, il s'y dévoua pour y accueillir les nombreux pèlerins. Ce qui lui valut le surnom d'apôtre des Sabins. Il mourut à l'abbaye Saint Paul-hors-les Murs de Rome le 25 mars 1915. Il a été reconnu bienheureux en 1954.mg.

SAINT TALMACH (7ème s.)
Disciple de saint Barr qui fonda le monastère de Lough Eire qui fut à l’origine de la ville de Corck, saint Talmach fonda à son tour un autre monastère qu’il plaça sous la protection de son saint maître.

SAINT THEOGNOSTE (+ 1353)
Grec d’origine, il fut nommé métropolite de Kiev, Vladimir et de toute la Russie par le patriarche de Constantinople. Il lutta contre les tatares, soutint saint Serge de Radonège dans sa fondation du monastère de la Trinité près de Moscou. Il soutint aussi saint Gragoire Palamas dont il prit le parti dans le différend qui l’opposait aux moines de Constantinople à propos de la spiritualité hésychaste. Il transféra la métropole russe à Moscou.


Retour

MR = inscrit au Martyrologe Romain - édition 2004
2000-2006 - Tous droits de reproduction et de traduction réservés - infocatho