Infocatho - 20.000 saints et bienheureux


Les saints du 17 mars

MR - SAINT AGRICOLE (+ 580)
Issu d’une famille sénatoriale, il renonça à ses privilèges pour se consacrer au service de l’Eglise de Chalon sur Saône, en Bourgogne, dont il fut élu évêque. L’historien saint Grégoire de Tours nous précise que, s’il se sentait dans l’obligation de tenir son rang dans le monde, il vivait, dans le même temps, une vie austère et pénitente. Il gouverna cette Église pendant près de cinquante ans et souscrivit à divers conciles.

MR - BIENHEUREUX CONRAD, ERMITE (+ 1620)

Près de Bari dans les Pouilles. Il vécut d’abord en ermite en Palestine, puis établit sa demeure dans cette région dans une misérable grotte jusqu’à sa mort.mg.

SAINT GABRIEL LALLEMANT (+ 1649)
Il était originaire de Paris, mais il ne pouvait rester à enseigner la théologie ou la philosophie. Il arrive à convaincre son provincial jésuite à devenir missionnaire au Canada. Il y rejoint Jean de Brébeuf et évangélise avec lui les indiens Hurons du Québec. En 1649, les tribus indiennes des Iroquois reprennent le sentier de la guerre contre les Hurons et les deux religieux jésuites sont faits prisonniers, torturés, avec d'autres prisonniers chrétiens. Les souffrances sont insoutenables à décrire. Ils entrent dans la paix de Dieu en 1649.mg.

MR - SAINTE GERTRUDE DE NIVELLES (+ 659)

Originaire de Nivelles dans le Brabant, elle était la fille du "maire du palais" Pépin de Landen. Elle reçut le voile des vierges consacrées des mains de saint Amand. A vingt ans, Devenue abbesse à l’âge de vingt ans, elle assure cette charge d’une façon admirable. Elle se lia d’amitié avec les saints irlandais, saint Foillan et saint Ultan. Avide de savoir, elle cherchait surtout la connaissance des Saintes Ecritures. Par de longues souffrances, elle identifia sa vie monastique à la Passion du Christ et meurt à 33 ans. Elle a laissé le souvenir de sa grande charité pour les malades et les mourants.mg.

MR - BIENHEUREUX JEAN-NÉPOMUCÈNE ZEGRI (1905)
À Malaga en Andalousie, Jean-Népomucène Zegri y Moreno, prêtre, qui fonda la Congrégation des Sœurs de la Charité de Notre-Dame de la Merci.

MR - SAINT JEAN SARKANDER (+ 1620)
Martyr à Olomuc en Moravie. Curé d’Holesov, à l'époque des hérésies hussites, accusé de conspiration avec l'armée polonaise en vue d'une invasion, il refusa de trahir le secret de la confession qu'il avait reçue du baron de Moravie. Il fut, pour cela, soumis au supplice de la roue. Respirant encore, puis jeté en prison et mourut au bout d’un mois.

SAINT MACAIRE DE KOLIAZINO (+ 1483)
Originaire de Tver, ses parents le détournèrent de la vie monastique en lui rappelant l’exemple de nombreux saints qui vécurent entre époux. Un an après son mariage, son épouse décéda. Il distribua ses biens aux pauvres et devint moine près de Kachin en Russie. La nécessité l’obligea à quitter ce monastère et à en fonder un autre à Koliazino où il connut bien des joies spirituelles et bien des difficultés avec les propriétaires voisins. Dieu lui donnait la grâce de guérison sur les malades. Une grave maladie l’atteignit vers la fin de sa vie, sans jamais altérer sa patience et sa foi.

MR - LES MARTYRS D'ALEXANDRIE (352)
Commémoraison d’un grand nombre de martyrs à Alexandrie. Au temps de l’empereur Théodose, vers l’an 352, alors que le nombre des chrétiens augmentait, ils furent arrêtés par des adorateurs de Sérapis et, comme ils refusaient avec fermeté d’adorer cette idole, ils furent cruellement massacrés.mg.

MR - SAINT PATRICK (+ 464)
Confesseur. A 16 ans, Patrick, jeune gallois d’une famille chrétienne est enlevé par des pirates et vendu comme esclave en Irlande. Il y passe six ans puis s’enfuit et retrouve ses parents. Après un séjour en France où il est consacré évêque, il se sent appelé à revenir dans cette Irlande de sa servitude pour l’évangéliser. Il y débarque en 432 et multiplie prédications et conversions dans une population dont, par force, il connaît bien les coutumes et la langue et c'est pourquoi il sait s’adapter aux conditions sociales et politiques du pays Au Rock de Cashel, lors d’un sermon demeuré célèbre, il montra une feuille de trèfle : voilà la figure de la Sainte Trinité. Les figures de triades étaient familières à la religion celtique : le trèfle deviendra la symbole de l’Irlande. On pense que la plupart des druides devinrent moines, adoptant la religion chrétienne présentée avec tant de finesse et de conviction. Lorsque meurt Patrick, à Armagh, l’Irlande est chrétienne sans avoir compté un seul martyr et les monastères y sont très nombreux.

MR - SAINT PAUL DE CHYPRE (+ 760)
Moine et martyr dans l’île de Chypre, il fut livré aux flammes, suspendu la tête en bas, pour avoir défendu la place des saintes Images dans le culte chrétien.

BIENHEUREUX PIERRE LIEOU (+ 1834)
Laïc chinois, converti dans sa jeunesse, il fut exilé en Mongolie en 1814, mais put rentrer dans son pays en 1827. Durant la persécution qui s’abattait sur l’Eglise, il vint réconforter ses enfants qui étaient emprisonnés. Arrêté, il fut mis à mort par lente strangulation. Il a été béatifié en 1900.

SAINT THEOSTERICTE (8ème s.)
Il était higoumène (supérieur) du monastère de Pélecète en Grèce quand éclata la persécution iconoclaste. Lui et ses moines furent arrêtés par la police impériale parce qu’ils étaient les défenseurs de l’orthodoxie et du culte des saintes Images. Ils furent emmenés prisonniers à Constantinople et leur monastère fut incendié. Condamnés à la prison, ils y périrent sans doute pour la plupart. Saint Théostéricte eût le nez coupé, fut enduit de poix et ainsi lentement mourut, prisonnier dans sa cellule.


Retour

MR = inscrit au Martyrologe Romain - édition 2004
2000-2006 - Tous droits de reproduction et de traduction réservés - infocatho