Infocatho - 20.000 Saints et bienheureux.


Les saints du 4 août


MR - SAINT JEAN-MARIE VIANNEY (+ 1859)
Mémoire liturgique. Jean-Marie Vianney a grandi en pleine période de troubles révolutionnaires, c’est à dire aussi de persécution religieuse. Ainsi, Jean-Marie recevra sa première communion dans la clandestinité. Le jeune campagnard, qui n’a jamais fréquenté l’école, voudrait devenir prêtre mais son père est réticent. A vingt ans, il commence ses premières études, mais il est si peu doué pour les études que le séminaire de Lyon, où il a fini par entrer, décide de le renvoyer. Il parvient quand même à se présenter à l’ordination sacerdotale à Grenoble. Après un premier ministère à Ecully, il est nommé curé dans une petite paroisse de 230 habitants : Ars, à 40 km de Lyon. Il y restera jusqu’à sa mort. Sa bonté, la joie dont il rayonne, ses longues heures de prière devant le Saint-Sacrement, impressionnent peu à peu ses paroissiens. Pour écouter, réconforter et apaiser chacun, il reste jusqu’à seize ou dix huit heures par jour au confessionnal. Pendant les dernières années de sa vie, jusqu’à 100.000 pélerins viendront chaque année pour entendre une parole de réconfort et de paix de la part de ce curé ignorant de tout, mais non pas du coeur des hommes ni de celui de Dieu. Complètement donné à sa tâche pastorale, épuisé, il aura ce mot vers la fin de sa vie : « Qu’il fait bon de mourir quand on a vécu sur la croix. ». Il est exaucé le 4 août 1859 quand il meurt à l’âge de 74 ans.


MR - SAINT ARISTARQUE (1er s.)
Converti par saint Paul, il était originaire de Thessalonique, mais c’est à Ephèse qu’il risqua sa vie pour le Christ. Une émeute populaire des orfèvres les prit en otage et ils furent traînés au théatre. Le “secrétaire du théatre” calma la foule et Aristarque se hâta de quitter la ville. Il suivit saint Paul jusqu’à Rome :”Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue (Lettre aux Colossiens 4. 10) Après le martyre de saint Paul, nous perdons de vue saint Aristarque.

SAINT ATOM (+ 421)
et ses compagnons, les saints Varos, Nerses, Varajavor et Manacihir, soldats, martyrisés en Arménie, lors des persécutions du roi des Perses.

LES SEPT SAINTS DORMANTS D'EPHESE (+ 250)
Les Eglises d'Orient fêtent aujourd'hui les sept martyrs emmurés dans une caverne et dont nous avons déjà parlé parce que la Bretagne les célèbre le 27 juillet par un pèlerinage dans la région du Trégor.

SAINTE EUDOCIE (8ème s. ?)
Originaire d'Asie Mineure, elle fut capturée par les Perses. Elle instruisit ses compagnes de captivité et les conduisit à la foi au Christ. Ce pourquoi elle fut arrêtée et connut alors d'indicibles souffrances avant d'être décapitée.


SAINT LUAN (+ 622)
Moine en Irlande dont saint Bernard de Clarvaux dira qu’il avait fondé près de cent monastères. Il était pour une stricte observance du silence et un recueillement perpétuel. Cette rigueur de vie monastique fut longtemps suivie en Irlande et saint Bernard ne pouvait que l’admirer.

MR - SAINT REINIER (+ 1180)
Martyr. Né à Ravenne, il avait fait profession religieuse à Fonte-Avellane. Devenu évêque, il fut nommé en Dalmatie, alors dans la mouvance de l’empire d’Orient. La région était encore grandement païennes et les Slaves n’avaient pas tous accepté le christianisme. Il fut écrasé sous les pierres pour avoir défendu les biens de son Eglise, accusé par eux de les dépouiller de ce qu’ils considéraient leur appartenir.

MR - SAINT JUSTIN (+ 258)
et saint Crescentius, martyrs à Rome, sur la via Tiburtina.

MR - SAINT ÉLEUTHÈRE (4ème siècle)
Martyr à Tarse en Bithynie, sa sépulture devient un lieu de pèleriage et il avait une basilique à Constantinople. Par contre les éléments de sa biographie ne sont pas dignes de foi, même si son existence et son partyre sont certains.

MR - SAINTE IA (+ 362)
Esclave grecque qui subit le martyre en Perse, sous le roi Sapor II. Elle fut martyrisée avec les milliers de prisonniers chrétiens durant la persécution du roi Sapor. Le nom d'Ia signigie "violette".

MR - SAINT EUPHRONE (+ 367)
Évêque de Tours, il participa à plusieurs conciles, restaura de nombreuses églises dans la ville qu'il reconstruisit après l'incendie qui l'avait ravagée. Il fonda des paroisses dans la campagne et développa la vénération de la sainte Croix. Les Bollandistes le font vivre en 573, ce qui semble plus vraisemblable.

MR - SAINT ONUPHRE (+ 995)
Ermite dans la forêt de Panaia en Calabre.

MR - Bienheureuse CÉCILE DE BOLOGNE (+ 1290)
Elle reçut des mains de saint Dominique lui-même l’habit des moniales de l’Ordre des Prêcheurs, en même temps que les binheureuses Diane et Aimé.

MR - Bienheureux GUILLAUME HORNE (+ 1590)
Martyr. Moine convers dans la Chartreuse de Londres, il ne se départit jamais de la persévérance à suivre la Règle et de sa fidélité à l’Église catholique romaine. Sous le roi Henri VIII, il fut longtemps détenu en prison, et livré, à la fin, aux supplices du gibet à Tyburn.

MR - Bienheureux FRÉDÉRIC JANSOONE (+ 1916)
Frédéric Janssoone, prêtre franciscain, était originaire de Ghyvelde en France. Nommé uxiliare du Commissariat de Terre Sainte à Bordeaux puis à Paris, il se rend tout d'abord à Jérusalem pendant douze ans. En 1881, il crée la Commissariat de Terre Sainte à Montréal au Canada donnant ainsi à chaque fois un grand essor aux pèlerinages en Terre sainte pour augmenter la foi.

MR - Bienheureux MARTYRS ESPAGNOLS (+ 1936)
Martyrs en Espagne, durant la persécution qui sévit au cours de la guerre civile : à Madrid, Gonzalve Gonzalo, religieux de l’Ordre de Saint-Jean de Dieu, fusillé par des miliciens ; et à Barcelone, Joseph Batalla Parramon, prêtre, Joseph Rabasa Bentanachs et Gilles Gil Rodicio, religieux salésiens.

MR - Bienheureux HENRI KZYSZTOFIK (+ 1942)
Prêtre capucin martyre, il fut arrêté avec les autres religieux de son couvent de Lublin, puis déporté au camp de concentration de Dachau en Bavière où il mourut des mauvais traitements qu'il supporta avec foi et patience.

Retour au tableau mensuel


2005-2006 - Tous droits d'édition, de reproduction et de traduction réservés - infocatho