Pour vivre au rythme de l'Eglise universelle.
FlashPress - Infocatho

Du 18 juin 2018

 

Vous pouvez rejoindre ici et directement les actualités ecclésiales des pays cités dans les informations de cette newsletter.
Ces informations restent plusieurs jours pour que vos n'ayez pas trop de "bousculades" si vous voulez les recopier.

Pour rejoindre la fête des Saints veuillez cliquer sur le lien suivant : Nominis
Pour lire les homélies dominicales, veuillez vous rendre sur
page dédiée sur le site de l'Eglise Catholique de France.

Elles complètent celles de
<www.vatican.va> et la rubrique <www.news.va>

Retour à la page d'accueil



LE PROJET DE LA CONSTIUTION APOSTOLIQUE


Une grande partie du travail de la 25e réunion du Conseil des cardinaux (C 9) avec le Pape a été consacrée au projet
“Praedicate Evangelium” qui sera remis au Pape pour concrétiser la réforme de la Curie romaine.

Le titre provisoire du projet de nouvelle Constitution apostolique de la Curie romaine est Praedicate Evangelium (“Annoncez l’Évangile”). Un premier texte est prêt à être remis au Pape pour les considérations qu’il retiendra comme opportunes, utiles et nécessaires, a déclaré le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, Greg Burke, durant un briefing avec les journalistes au sujet de la 25e réunion du C9, qui s’est tenue du lundi 11 au mercredi 13 juin;

. Mgr Brian Ferme, secrétaire du Conseil pour l’économie, a illustré les objectifs et principes fondamentaux, parmi lesquels éviter les gaspillages, favoriser la transparence et assurer l’application correcte des principes comptables.

Il a aussi rappelé certains résultats positifs, comme la procédure uniforme qui sera mise en place pour la préparation des divers budgets prévisionnels et effectifs, pour une meilleure attention aux dépenses, pour une meilleure coopération et compréhension de la réforme financière. La prochaine réunion du Conseil des cardinaux se tiendra les 10, 11 et 12 septembre prochains.

Le C9 rappelle les critères qui ont présidé à la réforme. Le premier est celui de la tradition , c’est-à-dire de la fidélité à l’histoire, en continuité avec le passé. Le deuxième est celui de «l’aggiornamento», la mise à jour, processus dont s’inspirent les pas accomplis par le Dicastère pour la Communication, le Conseil et le Secrétariat pour l’Économie.

Le troisième critère est la coordination, et donc aussi la simplification. C’est ce critère qui a mené à l’incorporation progressive de plusieurs dicastères en un seul.


IRAQ - LES CHRETIENS ET LES PROCHAINES ELECTIONS


Les prochaines élections en vue du renouvellement du parlement de la Région autonome du Kurdistan irakien sont prévues pour le 30 septembre prochain mais dès à présent le Patriarche de Babylone des Chaldéens, Louis Raphaël I Sako, s’est adressé à toute la « composante chrétienne » de cette région en l’invitant à serrer les rangs en vue du rendez-vous électoral, en trouvant la manière de concentrer leurs voix sur une seule liste de candidats.

Dans cet appel adressé aux chrétiens de la Région autonome du Kurdistan irakien, diffusé ces derniers jours par le Patriarcat, il fait référence à l’expérience, à son avis pas rassurante, des récentes élections législatives nationales du 12 mai dernier, où la multiplicité des listes qui se disputaient l’appui et la représentation de la composante chrétienne a comporté une grande dispersion des voix, permettant également à des groupes organisés chiites ou kurdes d’interférer dans la compétition visant à l’assignation des 5 sièges parlementaires réservés aux chrétiens.

Cette expérience négative – souligne le Patriarche qui sera créé Cardinal le 28 juin prochain par le Pape François – devrait pousser tous les responsables et les militants des partis et mouvements politiques liés aux communautés chrétiennes à adopter « une approche nouvelle, différente du passé », en mettant de côté les litiges et les ambitions personnelles.

A cet égard, le Patriarche invite les différentes formations politiques et sociales liées aux diverses Eglises et communautés chrétiennes locales à se consulter afin de regrouper leurs candidats en une liste unique et de demander également au gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien d’émaner une norme limitant aux électeurs de foi chrétienne le droit de voter pour assigner les sièges parlementaires réservés aux chrétiens.


INDE + FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES


Alors que l’Inde continue d’être frappée par les catastrophes naturelles et les conditions climatiques extrêmes, " Caritas " s’est associée à d’autres groupes afin d’aider les villageois indiens à faire face à ces changements climatiques.

Depuis avril, les tempêtes de sable et les pluies frappent le nord et le sud du pays ; 278 personnes sont mortes, dont 223 durant la première quinzaine du mois de mai.

Entre 2005 et 2014, les catastrophes naturelles ont ôté la vie d’environ 2.200 personnes dans le pays, et provoqué des pertes économiques estimées à environ 10 milliards de dollars, selon le gouvernement indien. Le bureau indien de Caritas propose aux habitants des villages de les former afin de mieux faire face aux risques liés à ces catastrophes naturelles.

La mousson frappe en effet le pays depuis avril, et a déjà provoqué la mort de 278 personnes. 40 millions d’hectares sont exposés aux inondations, depuis 2017,. Ce bureau d’Église s’inspire de l’encyclique Laudato Si, publiée par le pape François en mai 2015, pour inviter les Indiens à devenir plus responsables face aux changements climatiques.

Selon les experts intervenus lors d’une conférence organisée à New Delhi le 19 mai, les épisodes exceptionnels et hors-norme ont tendance à augmenter à cause du changement climatique et de l’industrialisation rapide du pays. Le secrétaire indien de l’Intérieur, Rajiv Gauba, confie que le gouvernement a organisé la conférence afin de souligner l’urgence de réduire au maximum les risques et les pertes face à de telles catastrophes, le gouvernement ayant invité les 29 États indiens à se préparer au pire.

Avant même que le gouvernement indien ne se penche sur ce problème, le bureau indien de Caritas a commencé à travailler localement, dans les villages, pour informer la population sur ce qui peut se produire et comment gérer certains scénarios, selon le porte-parole de Caritas, Anjan bag.

Le Pape note que la période postindustrielle « peut être considérée comme l’une des périodes les plus irresponsables de l’histoire », soulignant l’urgence de nouvelles voies afin de mettre fin à la surexploitation de la nature simplement pour qu’une minorité puisse profiter de certains luxes.

40 millions d’hectares exposés aux inondations Depuis 2017, Caritas Inde travaille sur le terrain, dans ces États d’Assam, de Mizoram, de Manipur, de Bihar, de l’Uttar Pradesh, du Bengale occidental, de Jammu-et-Cachemire et de Gujarat, afin de faire prendre conscience à la population de la manière dont elle peut réduire les risques quand la nature se retourne contre elle, explique Anjan Bag.

En 2017, " Caritas Inde " est intervenu auprès de 350 495 personnes, couvrant 78 382 foyers de 28 districts, dans ces États touchés par les inondations, en plus de ses interventions et de ses efforts pour la réhabilitation des victimes, (Fides)


L
E PAPE A GENEVE : UN PELERINAGE OECUMENIQUE

C'est un pèlerinage œcuménique avant tout", que rappelle le P. Choromanski à quelques jours du voyage du Pape en Suisse, le 21 juin.

L ’Eglise catholique et le Conseil œcuménique des Eglises (COE) n’ont pas forcément la “même vision théologique” de l’unité des chrétiens, mais leurs diversses collaborations sont riches, a-t-il estimé le 12 juin.

Pour le P. Choromanski, spécialiste des relations avec le Conseil œcuménique des Eglises (COE), le voyage du Pape vise avant tout à célébrer le 70e anniversaire du COE. Cela constitue la différence, avec les précédentes visites, celles de Paul VI en 1969 et de Jean Paul II en 1984.

Créé en 1948 à Amsterdam, le COE regroupe 348 confessions, Eglises et communautés chrétiennes de plus de 500 millions de chrétiens dans le monde,

Dans cet ensemble “il serait difficile pratiquement de donner une place à l’Eglise catholique et au Pape, sans une complète révision des structures du COE”, a expliquele P. Choromanski.

L ’Eglise catholique, qui représente 1,3 milliard de fidèles, n’est pas membre du COE, mais a un statut d’observateur associé, à travers un certain nombre de collaborations. Mais au plan théologique les “visions doctrinales sont différentes”. Lors du concile Vatican II, il a été considéré qu’il fallait distinguer entre l’Eglise au sens propre, fondée sur l’Eucharistie “valide“ et le sacerdoce, et d’autre part les communautés ecclésiales.

Cependant un groupe mixte de travail, poursuit différents types de projets: construction de la paix dans les situations de conflits, grâce à l’aide des chrétiens, soutien aux migrants et aux réfugiés.

Mais aussi discussions théologiques et morales, réflexions sur l’évangélisation, comme en Tanzanie il y a quelques années. Un professeur catholique, nommé par le Conseil pontifical, enseigne à plein temps à l’Institut œcuménique de Bossey à Genève, où se rendra le pape.

Dans le même esprit, une conférence commune aura lieu à Rome du 12 au 15 septembre prochain sur la xénophobie et le populisme. Le Pape fera d’autres annonces.

Le P. Choromanski a rappelé que lors des 50 ans du groupe de travail commun, le Pape François avait envoyé en 2015 un message pour affirmer que le mouvement œcuménique devait trouver “de nouvelles voies”. (cath.ch)

CE QUE NOUS DIT L'ANNUAIRE PONTIFICAL 2018

Le nombre de catholiques continue d’augmenter dans le monde, notamment en Afrique et en Asie, affirme L’Osservatore Romano le 12 juin, à l’occasion de la parution de l’Annuaire pontifical 2018.

Les catholiques dans le monde sont désormais 1,3 milliard, soit 17% de la population mondiale, selon les statistiques de l’Annuarium statisticum Ecclesiae portant sur les chiffres de 2016.

Un chiffre en légère augmentation depuis le dernier relevé. Notamment du fait de l’Afrique, qui abrite plus de 17% des baptisés dans le monde – 228 millions en valeur absolue. La hausse des catholiques se confirme et se renforce cette année, avec 23% de plus.

Cette bonne santé se double d’une hausse constante en matière de vocations sacerdotales. Avec des évolutions impressionnantes dans certains pays comme l’Ouganda (+31%), la Tanzanie (+39%) ou encore Madagascar (+65%). En revanche, un pays comme le Kenya est en baisse de 13% sur la période.

Situation contrastée en Amérique.. L’Amérique, nord et sud confondus, continue de réunir près de la moitié des catholiques dans le monde, avec un très net penchant en faveur du sud (57%). A lui seul, un pays comme le Brésil en concentre près d’un tiers, confirmant ainsi sa position de pays le plus catholique des cinq continents.

L’Argentine, la Colombie et le Paraguay comptent également plus de 90% de baptisés. Cette situation masque cependant une diminution réelle des vocations sacerdotales, surtout en Amérique du Sud. Avec un nombre de séminaristes par catholiques le plus bas au monde (5%), en-dessous même du niveau européen.

L’Asie, en comparaison, reste en devenir pour l’Eglise. Avec 11% de catholiques – pour plus de 60% de la population mondiale – elle connaît des situations très contrastées, avec notamment un pays comme les Philippines qui comprend 76% des fidèles du continent asiatique, mais où les vocations sont en berne.

Alors qu’au Vietnam, les vocations sont en hausse de 48%. En Océanie, les 10 millions de catholiques sont eux aussi en hausse de 10% environ.

L’Europe, enfin, confirme sa tendance “la moins dynamique“ de toutes, avec 22% des baptisés, et une croissance d’à peine 0,2%.

Là encore, quelques pays sortent du lot, comme l’Italie, l’Espagne et la Pologne, qui compte encore 90% de catholiques dans sa population. Le vieillissement démographique général permet, mécaniquement, une hausse du poids relatif des catholiques.

L’identité chrétienne est encore un marqueur identitaire important en Europe de l’Ouest, même parmi ceux qui n’assistent que rarement à des services religieux. Il ne s’agit pas simplement d’une identité symbolique sans importance dans la pratique.

D'ailleurs,en Europe les opinions religieuses, politiques et culturelles des chrétiens non pratiquants sont souvent différentes de celles des chrétiens pratiquants voire des adultes sans appartenance religieuse


UN NOMBRE RECORD DE DEPLACES EN SYRIE

Plus de 920.000 personnes ont été déplacées ou se sont déplacées en Syrie au cours des quatre premiers mois de l’année. L’ONU précise qu’il s’agit d’un chiffre record depuis le début du conflit en 2011.

« Nous assistons à un déplacement massif à l’intérieur de la Syrie (…) De janvier à avril, il y a eu 920.000 nouveaux déplacés », a déclaré Panos Moumtzis, coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Syrie, lors d’une conférence de presse à Genève.

« C’est le plus grand nombre de déplacés sur une courte période de temps depuis que le conflit a débuté », a-t-il ajouté. Dans le même temps, le Liban voisin souhaiterait lancer un processus progressif de retour des déplacés syriens dans leur pays.

En effet, le Liban, qui accueille un million et demi de Syriens, soit l’équivalent de la moitié de sa population, regrette des blocages de la part des organisations internationales sur ce sujet. D’après le quotidien "l’Orient Le Jour", les relations entre les Affaire Etrangères libanaises et le Haut Commissariat aux Réfugiés (ONU - HCR) sont de plus en plus tendues. Pour le HCR, toute opération de retour doit être « sûre, digne et volontaire ».


UN LIEU DE CULTE ORTHODOXE A MONACO


Les orthodoxes de Monaco ont désormais un lieu de culte.

"Entre la Principauté et les communes limitrophes, il y a quelques milliers d’orthodoxes qui devaient aller à Nice ou à Menton pour les célébrations religieuses, explique Alexandre Hagerty. C’est pour cela que j’ai eu la volonté de créer une église pour les orthodoxes à Monaco."

Des messes hebdomadaires sont déjà proposées à la chapelle de la Visitation, pour les orthodoxes grecs et roumains. Désormais, tous les samedis, une liturgie orthodoxe sera célébrée à l’Église réformée qui l'hébergera., pour un culte hebdomadaire.

Il est célébré par le père Vadim, un prêtre du Patriarcat de Moscou qui vient de s’installer en Principauté pour faire vivre la paroisse orthodoxe de Monaco. "Il y a aura la possibilité de s (y marier et de faire baptiser ses enfants", continue Alexandre Hagerty.

"On pourrait envisager la construction d'une église d'ici deux ans, pour la communauté orthodoxe de Monaco." Une communauté qui compte grandir. C’est d’ailleurs à Monaco que se tiendra pour la première fois, le 15 juin prochain, la soirée de gala annuelle pour soutenir les actions de la cathédrale russe de Nice.


CHINE + DESTRUCTION D'UN SANCTUAIRE MARIAL

Après plusieurs années de menaces et de fortes pressions de la part des autorités communistes chinoises, la démolition du sanctuaire Notre-Dame du Mont Carmel a commencé mardi 5 juin, (Ucanews)

Édifié dans le village de Tianjiajing, le sanctuaire Notre-Dame du Mont Carmel est un lieu de pèlerinage important du diocèse d’Anyang, au cœur de la province de Henan, située au centre-est de la Chine.

Construit au début du XXe siècle par l’Institut pontifical pour les Missions Étrangères, ce sanctuaire marial est quasiment le seul lieu de pèlerinage de toute la région.

Afin d’éviter la présence des fidèles, les autorités chinoises ont commencé la destruction dans la nuit du 5 au 6 juin. Ils se sont attaqués en premier temps au chemin de croix et aux représentations du Christ.

Cette opération est la première étape de la démolition du site. Une conséquence d’une longue série de menaces et de représailles exercées depuis des années sur le sanctuaire.

Mgr Joseph Zhang Yinlin, évêque du diocèse d’Anyang, avait été prévenu un mois plus tôt de cette décision. Ses demandes d’explication au pouvoir régional sur les motifs de la destruction sont restées sans réponse.

Après une première destruction dans les années 1980, le site reconstruit ensuite avait été déclaré illégal en 1987. Il continuait d’être fréquenté par les fidèles malgré les persécutions accrues.

Cette démolition du sanctuaire constitue un signe clair de la volonté d’empêcher la progression du christianisme dans une province où vivent 2,4 millions de chrétiens dont 300 000 catholiques. Ce qui en fait la deuxième population chrétienne la plus nombreuse de Chine après celle de la province de Zhejiang.


CUBA ET LES EGLISES DE L'AMERIQUE LATINE

Disposer d’une vision de la réalité cubaine et procéder à la synodalité avec les Eglises sœurs d’Amérique centrale et latine en élaborant les lignes directrices de l’action pastorale qui devront être suivies par l’Eglise dans l’île, a été une approche que la Conférence épiscopale de Cuba a tenu dans les diverses réflexions de son Assemblée extraordinaire

A La Havane du 28 au 30 mai dernier. Il s’est agien effet d’une réunion d’étude, de réflexion et d’organisation pastorales conduite dans le cadre de la collégialité.

Un premier moment d’étude a été conduit par le Président de la Conférence épiscopale, Mgr Emilio Aranguren Echeverría, évêque d’Holguín, qui s’est attardé sur la signification du vécu de la collégialité et de la synodalité, commentant le texte publié par la Commission théologique internationale intitulé « La synodalité dans la vie et la mission de l’Eglise ».

Au cours d’un temps de partage et de réflexion, tous les participants ont pu ensuite évaluer ce vécu dans les Eglises locales des pays voisins, avec lesquels est partagée l’action pastorale : au Mexique où ont été assassinés des prêtres, au Nicaragua, où la Conférence épiscopale préside le Dialogue national, au Venezuela, où la voix de l’Eglise continue à demander des élections honnêtes, au Chili, qui vit un contact étroit avec le Pape, à Panama, qui prépare la JMJ ainsi que dans les autres Eglises sœurs.

Les évêques ont souligné la contribution de tous les diocèses de ces pays dans le domaine caritatif, de l’assistance, de l’éducation et l’action menée dans les Diocèses au travers des Congrégations religieuses, des centres ecclésiaux, de la Caritas, des Associations ecclésiales,(Fides)