Pour vivre au rythme de l'Eglise universelle.
FlashPress - Infocatho

Du 13 décembre 2017

 

S'UNIR A LA VIE INTERNATIONALE DE L'ÉGLISE
Vous pouvez rejoindre ici et directement les actualités ecclésiales des pays cités dans les informations de cette newsletter


KENYA -Pour un enseignement généralisé de la Doctrine sociale de l’Eglise

Au terme de la rencontre des Coordinateurs pastoraux des Conférences épiscopales faisant partie de l’Association des membres des Conférences épiscopales d’Afrique orientale (AMECEA), le P. Chimombo, Coordinateur pastoral de l’AMECEA, explique :

: « Nous souhaiterions que les étudiants qui fréquentent nos Universités catholiques dans la région prennent conscience de l’existence de la Doctrine sociale de l’Eglise à côté de leurs activités universitaires et professionnelles ».

La rencontre qui a duré deux jours, s’est achevée le 22 novembre à Nairobi (Kenya). Elle a rassemblé les Coordinateurs pastoraux du Kenya, d’Ouganda, de Tanzanie, de Zambie, du Malawi, d’Ethiopie et d’Erythrée. Seuls le Soudan et le Soudan du Sud n’étant pas représentés.

« La situation politique dans notre pays a rendu difficile pour nos ressortissants le fait de vivre leur foi à cause de l’absence de démocratie » a déclaré Sœur Lettemehhet Tzeggay Reda, la oordinatrice pastorale de la Conférence épiscopale d’Etythrée, laquelle décrit la persécution de l’Eglise dans son pays comme comprenant également la destruction de propriétés ecclésiastiques de la part du gouvernement.

La réunion de Nairobi a enfin recommandé à l’AMECEA d’instituer des bureaux de liaison parlementaire auprès de la Communauté d’Afrique orientale et auprès de leurs pays respectifs. (Fides)


TURQUIE -: les écoles chrétiennes menacées

La survie des 24 établissements scolaires de Turquie liés à des minorités chrétiennes diverses est menacée par une baisse sensible des inscriptions.

C'est la conséquence d’une mesure politique qui a drastiquement réduit l’aide publique en leur faveur.

La baisse notable des inscrits au début de l’année scolaire turque pourrait provoquer la fermeture d’institutions appartenant à des fondations et organismes liés à des minorités chrétiennes.

Toros Alcan, président de la Fondation d’une école arménienne et représentant des Fondations des minorités au sein de l’Assemblée des Fondations turques, a déclaré àla presse turque, il a mentionné parmi les facteurs déterminants de la crise la législation qui assimile les instituts scolaires aux instituts privés.

Ceci a pour effet de réduire de manière considérable les aides publiques qu’ils peuvent obtenir. En effet les écoles liées aux minorités oeuvraient sans but lucratif, leurs droits étant garantis par le Traité de Lausanne de 1923 et leur statut ne pouvait être ramené à celui des écoles privées. La politique nationaliste du " Comité Union et Progrès" , visant à construire et à imposer le modèle unique du “citoyen turc”, commença à inspirer la politique d’expulsion des groupes minoritaires.

Les établissements scolaires de ces populations minoritaires furent ainsi réduits à 138. Leur nombre a continué de régresser par la suite. Entre 2014 et 2015, une croissance sensible du nombre d’écoles liées aux communautés chrétiennes a cependant été enregistrée.

Parmi les 55 écoles, 36 appartenaient à la communauté arménienne, 18 à la communauté grecque-orthodoxe et une à la communauté syro-orthodoxe. Mais suite à l’entrée en vigueur de cette nouvelle législation, 31 de ces établissements ont dû fermer leurs portes.

Les écoles grecques-orthodoxes ont été les plus touchées. Il faut créer un nouveau cadre légal. selon Maître Nurcan Kaya, avocat turc et coordinateur du groupe pour les droits des minorités, qui a souligné l’urgence de créer un cadre normatif déterminant les droits et devoirs de ces établissements d’enseignement et précisant les mécanismes de financement public.

I l a également demandé la suppression de l’obligation faite aux élèves de posséder la nationalité turque, une clause qui réduit considérablement le nombre des élèves potentiels. (source : cath.ch)


MYANMAR - Commentaires de l’Evêque de Mawlamyine sur les conséquences de la visite du Pape

« Le voyage du Pape François donne maintenant un rôle et une responsabilité plus clairs à la communauté des catholiques au Myanmar : apporter, dans l’esprit de l’Evangile, une contribution à la paix, à la justice, au développement et à l’instruction dans notre pays.

" Maintenant, c’est à nous de jouer. Nous sommes conscients de vivre une phase historique de transition par ailleurs délicate. Il faut avoir de la patience, attendu que les processus entrepris, y compris le processus démocratique, sont lents. Il faut s’en tenir à une approche graduelle et avancer pas à pas, sans forcer la main ».

.Mgr Raymond Saw Po Ray, Président de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Myanmar, en exprime ainsi l’état d’esprit qui caractérise aujourd’hui la communauté catholique birmane.

« La visite du Pape François a permis à la population birmane de mieux comprendre qui est vraiment le Pape et de mieux connaître l’Eglise catholique. Sa présence en trois jours a fait davantage qu’une histoire séculaire. Elle a par ailleurs permis de faire comprendre la différence entre les catholiques et les chrétiens d’autres dénominations, parfois difficile à souligner dans un pays à majorité bouddhiste ».

« Sa présence a constitué un fort encouragement pour la communauté catholique birmane : nous sommes vraiment heureux, consolés, renforcés dans la foi. Cela a été quelque chose à laquelle nous ne nous serions jamais attendus : véritablement un grand don de Dieu » poursuit-il.

« Les bouddhistes eux-mêmes ont beaucoup apprécié l’humilité, la simplicité, l’accueil du prochain de la part du Pape et son dialogue avec tous. Son voyage aura un effet positif également pour la vie de l’Eglise catholique birmane.«

Le thème de la réconciliation avec les minorités ethniques est très important . Des minorités chrétiennes, comme les Kachins, ont perçu la proximité du Pape et il a semblé clair que la cause des conflits avec les minorités ne se trouvait pas dans un facteur religieux.

" Concernant le cas des Rohingyas, il existe aujourd’hui une perspective nouvelle au sein de la nation. Au centre, se trouve le respect de la dignité humaine et nous tous souhaitons que, avec de la bonne volonté, puisse être lancé un processus permettant de faire revenir les réfugiés"

. Je crois que la clef de voûte est le message que nous a laissé le Pape : guérir les blessures de la nation, travailler et cheminer ensemble pour le bien du pays. De là, nous pouvons repartir. En tant que chrétiens, nous continuons à prier et à agir, dans l’Esprit de l’Evangile, pour construire un horizon de paix et de justice dans notre bien-aimée nation ». (Agence Fides)

Un portail et une rédaction uniques pour les médias du Vatican

Le 13 décembre, devant le Conseil des cardinaux (C9) réuni au Vatican, Mgr Dario Edoardo Viganò, préfet du Secrétariat pour la communication (SPC), a présenté la dernière étape de la réforme des médias du Vatican : une nouvelle organisation qui met en œuvre une « simplification » et une unification entre tous les médias.

La réforme, ce n’est pas de ‘blanchir’ mais de donner une autre forme aux choses, les organiser d’une autre façon.» Pour « répondre aux exigences de la mission de l’Eglise face aux défis de l’environnement numérique contemporain », a indiqué un communiqué publié le 13 décembre 2017, le SPC va mettre en place « un nouveau modèle pour les médias du Vatican ».

Le cœur du nouvel « écosystème unifié » sera un « Centre éditorial MultiMedia » : « une structure unifiée pour la production quotidienne de tous les types de contenus (audio, textes, vidéo, graphique) en modalité multilingue et multicanale ».

Le centre rassemblera à terme quelque 350 employés entre rédacteurs et techniciens des 40 rédactions linguistiques et des 9 institutions qui composent le Secrétariat pour la communication.

Il commencera avec 70 personnes réparties en 6 divisions linguistiques – italien, anglais, français, allemand, espagnole et portugais– et en 4 thèmes : Pape ; Vatican ; Eglise ; Monde.

Le groupe de la Typographie vaticane – dont L’Osservatore Romano et le Service photographique – fera partie du SPC à partir du 1er janvier 2018.

Le Secrétariat lancera prochainement un nouveau site web (www.vaticannews.va), d’abord dans sa version beta, qui se substituera aux sites internet existants.

L’unique plate-forme Vatican News a pour objectif de « simplifier l’image » et de « dépasser l’éparpillement des marques ». Sur les réseaux sociaux, les rédactions linguistiques auront un profil commun à toutes les langues.

La marque « Vatican Media » regroupera toute la production multimédia. Dans le cadre de la réforme, un programme de formation du personnel a été mis en place « pour valoriser les expertises internes », dans la ligne des paroles du Pape : « La réforme, ce n’est pas ‘blanchir’ un peu les choses : la réforme c’est donner une autre forme aux choses, les organiser d’une autre façon.»




Le Pape appelle à une Eglise “métissée“

Le pape a présidé, le 12 décembre à la basilique Saint-Pierre, la messe en espagnol pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe, la sainte patronne de toute l’Amérique latine.

Pour qu’elle soit vraiment universelle, il a plaidé dans son homélie pour une Eglise “métissée“, à l’image des peuples d’Amérique latine, pour qu’elle soit vraiment universelle.

Célébrant la messe avec une liturgie plus sobre que l’an dernier, le Pape a mis en valeur dans son homélie la richesse et la diversité culturelle des peuples d’Amérique latine et des Caraïbes.

Il refuse la “colonisation idéologique”, qui supprimerait cette diversité. " En se tournant vers Marie, on découvre qu“est possible de vivre une Eglise au visage métissé”, dans laquelle chacun peut se sentir avec elle porteur de lamême promesse.

De cette manière, a-t-il ajouté, chacun peut crier vers le Père du fond de son cœur, dans le mystère de cette filiation divine. Mystère qui “sans annuler les traits de chacun, nous universalise en faisant de nous un peuple”.

En 1531, sur la colline de Tepeyac, au nord de Mexico, une jeune dame “éblouissante de lumière“ est apparue à Juan Diego, et lui demande de faire construire une église. Pour confirmer sa demande, elle envoie Juan Diego cueillir des roses, qui s’imprimeront sur son manteau dans une image de la Vierge. Vénérée sous l’icône de Notre-Dame de Guadalupe, l’église est aujourd’hui un des sanctuaires catholiques les plus visités au monde. (cath.ch/i)




Pour la construction d’un monde plus juste et solidaire


Recevant, lors de l'audience générale du 13 décembre, les représentants d'ONG catholiques, le Pape a encouragé les Organisations non-gouvernementales (ONG) catholiques à poursuivre leurs actions pour la construction d’un monde plus juste et solidaire.

lIl s’est adressé aux participants au Forum international des ONG d’inspiration catholique, organisé à Rome :« J’exprime ma vive appréciation, pour vos efforts afin d'apporter la lumière de l’Evangile aux différentes périphéries de notre monde, pour défendre la dignité de l’homme, pour promouvoir le développement intégral des peuples, et pour répondre aux besoins matériels et spirituels de tant de membres de notre famille humaine. »

Il les a encouragés « à travailler toujours plus dans un esprit de communion et de collaboration avec les autres ONG catholiques ainsi qu’avec les représentants du Saint-Siège, comme signe de l’engagement de l’Eglise dans la construction d’un monde toujours plus juste et solidaire ».

Le Pape a conclu par le souhait « que ces journées de réflexion et d’échange soient fructueuses » pour la vitalité de leurs activités.

Auparavant, il avait reçu en privé dizaine de représentants – parmi lesquels Michel Roy, secrétaire général de Caritas Internationalis, avant l’audience.



La Rencontre européenne de Taizé à Bâle

Du 28 décembre 2017 au 1er janvier 2018, la quarantième rencontre européenne sera la première organisée par la communauté de Taizé dans trois pays à la fois, la Suisse, l’Allemagne et la France, à Bâle ville marquée par le christianisme dans sa diversité depuis des siècles.

Le CÉCEF (Conseil d’Églises chrétiennes en France) qui réunit les responsables des différentes Églises en France, invite les jeunes à se rencontrer dans les villes ou les départements de départ pour entreprendre ensemble ce voyage et entrer pleinement dans ce pèlerinage à Bâle.




Eloge du gouvernement indien envers l'Eglise pour son service aux pauvres

Lors des prémices de la fête de Noël organisés par la Conférence épiscopale indienne le 12 décembre à New Delhi, le Vice-président indien, Venkiah Naidu, venu avec de nombreux responsables politiques et religieux, a déclaré : « La communauté catholique aime la paix et contribue immensément à la construction de la nation.

" Le message de Jésus, fait d’amour et de paix, est valide pour toutes les époques, les cultures et les nationalités. Les personnes du monde entier, indépendamment de leur caste, de leur credo ou de leur nationalité, célèbrent Noël avec une grande joie.

" Les catholiques qui travaillent en particulier en faveur du bien-être des personnes, ont ouvert de nombreux dispensaires et hôpitaux. Ils gèrent les meilleures institutions éducatives du pays et créent une conscience de la nécessité de l’éducation et de l’instruction des plus nécessiteux ».

Venkiah Naidu a noté que « l’instruction constitue l’instrument le plus important en vue de la transformation sociale. Elle aide à faire grandir les valeurs de compassion, de moralité et d’éthique », exhortant les chrétiens à poursuivre leur service, avec une attention particulière envers les secteurs marginaux de la société

Le message de paix de Noël – a remarqué le Vice-président – est important en ces jours également pour les personnes qui abusent de la religion, en précisant que « la religion n’a rien à faire avec la terreur. Le terrorisme est l’ennemi de l’humanité ».

Le Cardinal Baselios Cleemis, Président de la Conférence épiscopale indienne (CBCI), a remercié le Vice-président et réaffirmé l’engagement de la communauté catholique en faveur du bien-être du pays, garantissant « le soutien dans la prière et l’engagement profond à porter à la nation développement et gloire ».

« L’Eglise en Inde est au service de la nation. Les personnes se trouvant dans les périphéries existentielles ont besoin de l’annonce de l’amour de Dieu Seigneur » a-t-il ajouté, sollicitant le gouvernement afin qu’il adopte les mesures nécessaires afin de porter la paix et le progrès à tout citoyen, rappelant que la diversité et le pluralisme au sein de la société indienne « expriment la beauté de la vie divine ».

Le Vice-président appartient au Barathiya Janata Party, le parti nationaliste hindou au pouvoir au niveau fédéral, qui est appuyé par de violents groupes hindouistes et nationalistes tels que le Rashtriya Swayamsewak Sangh (RSS), lequel promeut l’idéologie exclusiviste de l’Inde aux hindous et cherche à éliminer les manifestations des minorités chrétiennes et musulmanes.

Poir Père Suresh Mathew, Directeur de l’hebdomadaire "Indian Currents", publié à Delhi, il n’est pas possible d’oublier que « l’Inde est entraînée dans le gouffre d' un petit groupe de forces composées de fondamentalistes, d’extrémistes politiques et de fanatiques »
Selon le recensement de 2033, 24 millions de chrétiens vivent en Inde dont 9,9 millions de catholiques, la plupart au Kerala. (Agence Fides)

- 11-

L'ACCIDENT DE MILLAS

Message du pape François adressé à Mgr Turini Informé du tragique accident survenu entre un train et un bus scolaire près du village de Millas, causant la mort de plusieurs collégiens et en blessant beaucoup d’autres,

" Sa Sainteté le Pape François s’associe par la prière à la souffrance des familles éprouvées par ce drame ainsi qu’à la douleur des camarades, collégiens et collégiennes, des proches de toutes les victimes et de la population de la région.Il Invoque Dieu, Père de miséricorde, afin qu’il accueille dans la paix de sa lumière ces jeunes qui ont perdu la vie, et qu’il apporte réconfort et espérance aux blessés et à leurs familles.

Le Saint­ Père leur exprime sa profonde sympathie les assurant de sa proximité spirituelle, ainsi qu’aux personnes qui les entourent et aux secouristes. En gage de réconfort, le Pape François adresse une affectueuse Bénédiction Apostolique à toutes les personnes touchées par ce drame.

Cardinal Pietro Parolin Secrétaire d’État de Sa Sainteté


Retour à la page d'accueil