Pour vivre au rythme de l'Eglise universelle.
FlashPress - Infocatho
du 14 au 17 juin 2015 (semaine 25)
 


- 17 juin
2015 -
LE SACERDOCE EST UN APPEL D'AMOUR

Lors de la retraite sacerdotale à Saint-Jean de Latran, le Pape a livré une méditation sur le thème « transformés par l’amour et pour l’amour», suivi d'un échange direct avec les prêtres sous forme de questions-réponses, qui a duré deux heures.

Assis derrière un bureau, stylo en main, le Pape a répondu aux questions de manière spontanée, en espagnol, aux nombreux prêtres venus l’écouter. Mêlant anecdotes personnelles, extraits d’homélies et conseils percutants, il a parlé d’évangélisation : "La première motivation pour évangéliser est l’amour de Jésus" a-t-il dit.

" Nous devons nous tenir en prière pour que nous puissions cultiver cet amour auquel nous sommes appelés, auquel les prêtres sont appelés envers le peuple de Dieu. Il faut ouvrir notre cœur à Lui, Jésus qui nous contemple et nous voit, a rappelé le Pape,

« Comment parler de Jésus, quand on est prêtre, de son amour pour les gens?» s'est demandé le Pape, qui a plaidé pour des homélies courtes et simples. Le peuple de Dieu a besoin que l’on parle à son cœur, sinon il déconnecte, il n'a pas besoin de classes de morale, qu'on lui dise ce qui se fait ou ne se fait pas, mais des homélies qui touchent le cœur.

« Nous sommes appelés comme le Christ nous a aimés, à aimer sans limites» . Il faut une Eglise qui mette Jésus et la miséricorde au centre. Lors de cet échange, le Pape est aussi revenu sur la division des chrétiens qui est un scandale. « L’unité est un mandat de Jésus » a-t-il rappelé.

Le Pape qui a évoqué un « scandale de famille » en faisant mémoire des massacres réciproques entre catholiques et protestants au cours de l’histoire. « Ceux qui massacrent les chrétiens aujourd’hui ne font pas la différence, a martelé François : ils savent que chacun se réclame de Jésus. »

Il a une nouvelle fois aussi dénoncé le cléricalisme « un péché complice » et expliqué que la grâce était gratuite, qu'elle ne s’achetait pas.

Répondant à des questions venues d’Australie, du Pérou, des Pays-Bas ou du Burundi, le Saint-Père a aussi rappelé aux prêtres de laisser travailler les laïcs, il a rendu hommage au monde orthodoxe ou encore dénoncé les injustices sociales en Amériques Latine. Mais derrière cette discussion à battons rompus, une idée force émerge, qui a résonné sous les hauts-plafonds du Latran, et qui sonne comme une profession de foi pour tous les prêtres : « Je souhaite toujours aimer plus Jésus, car je suis pécheur ». (source
: News.va)

Retour aux dépêches
retour à la page d'accueil